La chirurgie de la rhizarthrose : à la découverte des traitements innovants

La chirurgie de la rhizarthrose : à la découverte des traitements innovants

La rhizarthrose est une pathologie dégénérative qui touche l’articulation du pouce, générant des douleurs et limitant les mouvements. Pour remédier à ces problèmes et améliorer la qualité de vie des patients atteints, différentes techniques de chirurgie de la rhizarthrose ont vu le jour au fil des années.

Tout savoir sur la rhizarthrose avant de passer sous le scalpel

Situation anatomique essentielle dans notre quotidien, l’articulation entre le trapèze et le métacarpien, communément appelée articulation du pouce, est souvent sollicitée. Elle peut malheureusement être sujette aux frottements constants et provoquer une détérioration progressive, conduisant à la rhizarthrose. Cette arthrose nécessite parfois une intervention chirurgicale pour soulager durablement les douleurs et rétablir l’amplitude des mouvements du pouce. Rendez-vous ici si vous êtes intéressé par la chirurgie de la rhizarthrose.

La trapezectomie : une option traditionnelle pour traiter la rhizarthrose

La trapezectomie est une technique chirurgicale couramment utilisée pour le traitement de la rhizarthrose. Elle consiste à enlever l’os trapèze situé à la base du pouce, afin d’éliminer les frottements entre ce dernier et le métacarpien. En général, cette procédure permet aux patients de retrouver un bon niveau de confort sans douleur.

Les différentes étapes de la procédure

Cette intervention nécessite une hospitalisation de courte durée. Le chirurgien réalise une incision au niveau de l’articulation du pouce et retire l’os trapèze. Afin de préserver l’amplitude des mouvements du pouce, il peut également créer un tendon interpénétrant qui compensera l’espace vide laissé par l’os retiré. Une fois l’opération terminée, le patient porte habituellement un plâtre pendant quelques semaines avant de débuter une rééducation adaptée.

  Quels sont les exercices à éviter avec une Hernie Discale ? Nos conseils pour la pratique sportive

Les résultats attendus après une trapezectomie

Au terme de la convalescence, les patients ayant subi une trapezectomie constatent généralement une diminution significative de leurs douleurs ainsi qu’une amélioration de leur mobilité. La récupération complète peut prendre plusieurs mois, mais la majorité des personnes opérées retrouvent un usage confortable de leur pouce pour la vie quotidienne ou professionnelle.

Les prothèses : une alternative moderne pour remplacer l’articulation endommagée

Dans certains cas, les chirurgiens optent pour l’implantation de prothèses articulaires en remplacement de l’articulation originale du pouce. Il existe plusieurs types de prothèses disponibles sur le marché, dont la mise en place dépendra des spécificités anatomiques du patient et du degré d’avancée de la rhizarthrose.

Les principaux modèles de prothèses

Les prothèses totales sont constituées de deux parties : une partie métallique qui remplace l’os trapèze et une partie en plastique insérée dans le métacarpien. Cette configuration permet de recréer un espace articulaire fonctionnel et soulage efficacement les douleurs dues à la rhizarthrose. Les prothèses partielles, en revanche, ne remplacent qu’une partie de l’articulation, selon l’emplacement des lésions osseuses.

Le déroulement de l’intervention et les suites opératoires

La pose d’une prothèse articulaire nécessite également une hospitalisation de courte durée. Lors de l’intervention, le chirurgien réalise une incision au niveau du pouce et retire les parties endommagées de l’articulation avant de mettre en place la prothèse. Après quelques jours de repos, le patient entame un programme de rééducation visant à renforcer les muscles autour de la nouvelle articulation et à réapprendre à se servir de son pouce sans douleur.

Que ce soit par les méthodes traditionnelles, l’arthroscopie moins invasive, ou les implants articulaires prometteurs, il est possible de retrouver une fonction normale de ses mains et mener une vie sans douleur !

Retour en haut