Chirurgie réfractive : corrigez efficacement les troubles visuels liés à la réfraction oculaire

Troubles visuels et chirurgie réfractive : une solution adaptée

Lorsque la réfraction oculaire est imparfaite, il n’est pas rare que des troubles visuels apparaissent. Ceux-ci peuvent être gênants dans la vie quotidienne et avoir un impact sur votre bien-être. Parmi les solutions possibles pour y remédier, l’opération de chirurgie réfractive se présente comme une alternative intéressante. En effet, cette intervention met à profit des techniques laser ou la pose d’implants, avec pour objectif de corriger efficacement vos problèmes de vue.

Comprendre la réfraction oculaire et ses imperfections

La réfraction oculaire correspond au processus par lequel les rayons lumineux traversent les différentes structures de l’œil (cornée, cristallin…) avant de converger vers la rétine. L’image ainsi formée est ensuite transmise au cerveau pour être interprétée.

En revanche, lorsque ce mécanisme rencontre des dysfonctionnements spécifiques, on parle alors d’imperfections de la réfraction. Celles-ci entraînent généralement l’apparition de troubles visuels tels que la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme ou encore la presbytie.

Vers la chirurgie réfractive : lasers et implants

Face à ces différentes imperfections, l’opération de chirurgie réfractive apparaît comme la solution pertinente pour en corriger les effets néfastes. Cette intervention consiste à remodeler la forme de la cornée afin d’améliorer sa capacité à focaliser les rayons lumineux sur la rétine. Deux techniques principales sont actuellement employées :

La chirurgie au laser

Le traitement laser repose sur l’usage d’appareils très précis qui émettent un faisceau de lumière contrôlé, capable d’enlever des microns de tissus cornéens. Ce procédé permet ainsi de modifier la courbure et l’épaisseur de la cornée, offrant une correction adaptée à votre trouble visuel.

Les deux techniques laser les plus répandues sont :

  • Le LASIK (Laser Assisted In Situ Keratomileusis) : cette méthode consiste en la création d’un volet superficiel dans la cornée à l’aide d’un microkératome ou d’un laser femtoseconde. Celui-ci est ensuite soulevé pour appliquer le traitement laser sur la couche profonde de la cornée, avant d’être replacé sans point de suture.
  • La PKR (Photokératectomie Réfractive) : contrairement au LASIK, la PKR n’implique pas la création d’un volet cornéen. Le laser excimer est directement appliqué sur la surface de la cornée après avoir retiré l’épithélium (couche superficielle). Cette technique est généralement privilégiée pour les patients présentant une cornée trop fine ou une myopie faible à modérée.
  Quels sont les exercices à éviter avec une Hernie Discale ? Nos conseils pour la pratique sportive

La pose d’implants

Pour certaines personnes ne pouvant recourir à la chirurgie au laser, la pose d’implants phaques ou pseudo-phaques peut être envisagée. Ces dispositifs intraoculaires permettent de corriger les troubles visuels en ajoutant une lentille artificielle dans l’œil pour compenser les défauts réfractifs.

Les implants phaques sont généralement placés devant le cristallin et derrière l’iris. Ils offrent une alternative intéressante pour les patients présentant de forts défauts optiques, ou lorsque la chirurgie laser est contre-indiquée (cornée trop fine par exemple).

En revanche, les implants pseudo-phaques consistent à remplacer le cristallin naturel par une lentille artificielle. Cette technique est principalement utilisée dans le cadre de la correction de la presbytie.

Face aux troubles visuels liés à des imperfections de la réfraction oculaire, l’opération de chirurgie réfractive représente une solution adaptée.

Retour en haut